Harry

Paris 18, France, 2015 -

Réhabilitation d’un studio.

 

 

La réhabilitation de ces 14m2 au sol doit permettre à Harry d’y manger, dormir, se laver, recevoir, et travailler confortablement.

 

Dans le but de libérer un maximum de surface utile, deux murs s’épaississent pour contenir les éléments program-

matiques essentiels de l’appartement. Ce principe réduit l’utilisation de mobilier rapporté au minimum.

 

Quatre fonctions distinctes se développent en L et forment un tout uniforme et lisse, qui en minimise l’impacte visuel, et donne une sensation d’espace plus important. Seul la niche noir contraste et apporte de la profondeur à l’ensemble.

 

Le long du premier mur, la salle d’eau et les sanitaires se développent sur 1 mètre d’épaisseur par 2,20m de longueur. L’ensemble de l’espace est recouvert d’un carrelage 15x15, joint noir, en rappel ironique au container zero de Jean Pierre Raynaud.

 

Le second mur, d’une profondeur moyenne de 50cm renferment la cuisine, un bureau, et un dressing sous les rampants.

Trois portes papillons ouvrent et ferment l’espace de cuisine, réduit au minimum : évier, plaques, réfrigérateur, machine à café…L’espace disponible sous la mansarde est consacré aux vêtements, penderie et notamment à l’incommensurable collection de sneakers de Harry.

 

Enfin, l’espace dédié au travail doit répondre à la double activité de Harry qui est « brand consultant » et DJ.

La niche libère un plateau pour écrire et y poser un ordinateur ; dessous, ce qui semble à priori être des portes de placards sont en réalité deux sièges, qui une fois sortis libèrent un plateau tiroir, support d’une table de mixage.

 

Le fond de l’alcôve est tapissée d’une mousse pyramidale noire pour des raisons d’acoustique propre à l’activité de DJ de Harry et dans le but de lui permettre d’entretenir de bonnes relations avec ses voisins...

 

 

© Dixneufcentquatrevingtsix